top of page
  • Photo du rédacteurStéphane Hessel

Pourquoi faut-il créer un Collegium International éthique politique et scientifique ?

Dernière mise à jour : 27 août 2023

Le Forum économique mondial (WEF Davos) à New York et le Forum social mondial à Porto Alegre s’achèvent, laissant apparaître l’urgente nécessité d’une reprise en mains fondamentale la reflexion sur la gouvernance mondiale elle-même.


Que ce soit le choc du 11 septembre 2001 ou la perception claire des impasses de la modernité, les citoyens dans toutes les sociétés de la planète aspirent à une remise en question des institutions et des contraintes qu’elles imposent. Nous avons connu ce même besoin il y a cinquante ans, au sortir de la Deuxième Guerre mondiale.


Inquiets des bouleversements qui déstabilisent nos sociétés, un réseau de personnalités d’une grande diversité appellent aujourd’hui à la création, au niveau mondial, d’une instance dont l’autorité intellectuelle et morale serait incontestable : un Collègium mondial éthique, politique et scientifique.


Indépendant de tout intérêt particulier, libre de toute influence, son mandat serait triple : anticiper, pointer et décrypter les enjeux que comporte la mutation inéluctable de nos sociétés ; analyser et discerner, particulièrement au plan éthique, la nature des risques qui les menacent et les moyens à mettre en œuvre pour y faire face ; conseiller les gouvernements et les institutions internationales, en premier lieu le Secrétaire général des Nations unies, afin d’éclairer leur processus de décision.


Risques écologiques, dérèglements économiques et financiers, plus profondément crise du sens et de la pensée, ces trois défis d’amplitude mondiale peuvent être identifiés, évalués et régulés pour que leur impact n’hypothèque pas gravement la vie des générations à venir.


Les signataires de l’Appel souhaitent faire émerger une citoyenneté et une démocratie mondiales se réclamant de valeurs universellement partagées, telles que l’inviolabilité de la vie, le respect de la dignité humaine et des cultures dans leur diversité les unes à l’égard des autres et leur commune responsabilité pour la survie de l’espèce.


Ils estiment nécessaire de replacer la science, l’économie, la technologie au rang de moyens et non de fin qui, elles, doivent échapper aux contraintes des intérêts, à l’obsession médiatique et aux pression du court terme.


L’instance à créer tirera son autorité du caractère indiscutable de son engagement au service de la satisfaction des besoins réels des peuples et de sa capacité à s’assurer de la façon dont ces besoins sont effectivement ressentis. Elle se fondera à cet effet sur les outils les plus modernes de connaissance et d’analyse pour consulter la proportion la plus élevée possible de la population mondiale, grâce à des enquêtes d’opinion, des études sociologiques, le recueil d’indicateurs économiques et sociaux. Elle apportera ainsi un éclairage et une perspective inédits sur les vrais enjeux du nouveau siècle et sur la façon dont ils sont ressentis par les différentes sociétés qui vivent ensemble sur la planète.


Composé d’hommes et de femmes d’Etat démocratiques respectés et de philosophes, scientifiques, économistes et créateurs de renommée mondiale, le Collègium publiera largement et fera connaître directement au Secrétaire général des Nations unies sa position sur les enjeux, les obstacles à surmonter et les réactions recueillies de la part des peuples interrogés.


Il favorisera ainsi une alliance entre les responsables des organisations intergouvernementales mondiales et régionales et le mouvement civique mondial en voie d’organisation. Une telle alliance est seule en mesure de transcender les conflits entre la galaxie de plus en plus cohérente des forces économiques et financières, dont le moteur normal est la recherche du profit, et les prérogatives des 190 États Membres des Nations unies dont les dirigeants obéissent à la logique du maintien au pouvoir.


Le Collègium aura vocation d’imposer aux uns et aux autres la primauté d’une réponse efficace aux défis de demain.




Février 2002

Stéphane Hessel

Ambassadeur de France

vient de publier Dix pas dans le nouveau siècle, Seuil



Kommentare


bottom of page